> Bourse

La hausse des marchés actions en 2013 de près de 30% à Wall Street ne semble pas inquiéter les investisseurs. Les indices restent proches de leurs plus hauts historiques sur l’indice Dow Jones ou l’indice S&P500 soutenus durant l’année passée par une FED accommodante et des indicateurs macroéconomiques sur la voie de la reprise. Certes, les marchés pourraient respirer le temps de quelques semaines mais le bull market pourrait, selon les cinq raisons qui vont suivre, se poursuivre en 2014.


5 raisons justifient une poursuite du Bull Market en 2014

5 raisons justifient une poursuite du Bull Market en 2014

FED toujours accommodante

Le point central en 2013 a été notamment le maintien ferme de la politique monétaire accommodante de la FED. Ben Bernanke malgré les anticipations des marchés qui semblaient avant chaque discours de pricer une réduction du QE a tenu sa ligne de conduite jusqu’au bout. Cela limite les réactions haussières sur les taux longs, car l’objectif premier de la FED est de conserver ces derniers bas pour relancer la confiance et l’économie réelle.

Puis ce changement de pouvoir à la tête de la FED ne devrait pas impliquer de changement de stratégie politique. Le relai repris par Janet Yellen devrait donc se dérouler en douceur avec aucune prise de risque la concernant sachant d’autant plus qu’elle est partisane d’une politique monétaire accommodante. La réduction à 75 milliards de dollars de rachats d’actifs ne devrait pas s’intensifier pendant au moins les six prochains mois pouvant encore stimuler le marché de 5% à 10%.

La peur d’un repli alimente la hausse des marchés

Les rallyes naissent souvent de situation de craintes persistantes. En l’occurrence, bon nombres d’investisseurs et d’analystes ne croyaient pas, et ne le croient toujours pas, que la hausse des marchés actions étaient possible. Cette peur se traduit techniquement pas des gérants sous investis ou qui se doivent d’acheter chaque matin pour revendre le soir alimentant les hausses intraday. Cela se traduit finalement pas un flux d’achat continuel par peur de rater la hausse ou de déclenchement de stops des Bears.

Finalement, le marché est sans doute parti dans la direction la moins probable rendant toutes les zones de résistance hermétiques au point que les marchés à Wall Street ont atteint des records historiques. Tant que cette « peur » restera dans les esprits, la chance que les marchés continuent leur progression reste intacte.

Rotation d'allocation d’actifs

Avec un soutien toujours accommodant de la FED qui ne prendra pas le risque de tout faire exploser en si bon chemin, les rendements obligataires pourraient ne pas dépasser les 3.75 % en 2014. Cela n’est pas suffisant pour paralyser l’économie mais sans doute assez pour convaincre les investisseurs de se tourner vers des actifs à rendement plus intéressants tels que les actions.

Anticipations de bénéfices revues à la hausse

Après 156 trimestres depuis 1936 où le PER du SP500 a progressé, l’indice a progressé sur les 3 mois qui ont suivi 108 fois. La progression moyenne a été de 3% comparé aux 1.9% sur les 308 trimestres de cette période.

Les résultats pour la période 2014 sur le S&P500 ont progressé de 9.7% soit deux fois plus qu’en 2013 selon les données Bloomberg. La croissance des bénéfices pour l’année à venir selon les anticipations ont augmenté de 3.8% contre 2.2% l’an passé. D’un point de vue économique, les anticipations tablent sur une croissance de 2.6%, plus fort que les 1.7% réalisés l’an passé.

Bon fondamentaux d’entreprises

Les revenus des entreprises ont progressé en 2013 et devraient continuer en 2014. Les risques sur les marchés ne seraient finalement pas liés aux entreprises elles-mêmes mais à la conjoncture globale. En l’occurrence, trois entreprises citées par un article Bloomberg indiquent de bons fondamentaux sur le plan microéconomiques à l’image de :

Boeing qui pourrait encore progresser de 10% à l’image des anticipations de bénéfices en hausse de 13% selon les anticipations des analystes. Ce ne serait que le prolongement d’un PER qui a gagné 62% en 2013 alors que l’action a progressé de 81%, bien au –delà de la barre des 100 $ qui n’avait jamais été franchie.

Tenel HelthCare dont les analystes estiment que l’action est attendue en hausse de 20% en 2014 après avoir doublé de valorisation. Les bénéfices ont progressé de 30% en 2014 et sont attendus en hausse de 55% en 2014.

Ralph Lauren est échangée à 22 fois les bénéfices, en hausse de 15% en 2013. L’action a progressé de 18% et selon les analystes, est anticipée en hausse de 11% en 2014 pour des résultats attendus à +17% par rapport à l’an passé liée à une croissance des ventes.

Vous avez aimez cet article