> Investissements > ISR

Les énergies renouvelables

Les énergies renouvelables sont en quantité illimitée sur la planète. Pourtant, leur utilisation représente aujourd'hui seulement 1/5e de la consommation énergétique mondiale. Les énergies fossiles, dont les stocks diminuent encore aujourd'hui, représentent ainsi les 4/5e restants. Est-ce que l'on aurait manqué un épisode? 

QUELLES SONT LES ENERGIES RENOUVELABLES?

Les énergies renouvelables proviennent de ressources à la fois naturelles, ou biologiques (le rayonnement solaire, les cycles de l'eau, l'air, les vents, le coeur chaud de la Terre, les végétaux) et inépuisables (c'est le cas du soleil, de l'air, de la terre) ou quasiment illimitées (ainsi de l'eau ou des végétaux). 

Ces énergies sont principalement l'énergie solaire, l'énergie hydraulique, l'énergie éolienne, la géothermie, la biomasse, ainsi que tous leurs dérivés. On inclut également parmi les énergies renouvelables, les cycles de déchets issus de l'activité économique, et qui peuvent être énergétiquement valorisés. 

Les énergies renouvelables sont donc prisées pour leur faible impact sur l'environnement. Concernant les gaz à effet de serre, en particulier, ou bien elles n'en émettent aucun, ou bien elles présentent en réalité un bilan carbone équilibré. Prenons le bois par exemple: la quantité de gaz carbonique que dégage la combustion d'un arbre est comparable à celle que consomme la photosynthèse au cours de sa croissance. 

Même si elle produit très peu de dioxyde de carbone, l'énergie nucléaire ne constitue pas une énergie renouvelable, puisque les stocks d'uranium sont limités. L'hydrogène n'est pas non plus à proprement parler une énergie renouvelable, dans la mesure où il n'existe pas tel quel à l'état naturel. Il s'agit toutefois d'une alternative intéressante aux énergies fossiles.

 

UN RAPPORT DE FORCE ENTRE ENERGIES RENOUVELABLES ET ENERGIES FOSSILES

L'intérêt porté aux énergies renouvelables tient bien sûr en premier lieu à la réduction progressive des stocks des ressources naturelles fossiles (charbon, gaz, pétrole, uranium), mais aussi à la prise de conscience des impacts produits par l'utilisation de ces dernières sur l'environnement: rejets massifs de gaz carbonique, réchauffement climatique, pollutions diverses, ruptures d'équilibres, ou encore atteinte à la biodiversité. 

L'utilisation de toutes les sources d'énergies renouvelables additionnées représenteraient aujourd'hui environ 20% de la consommation énergétique mondiale, les 80 % restants étant fournis par les combustibles fossiles. C'est que l'exploitation des ressources naturelles renouvelables n'est pas toujours aisée. En effet:

  • Les matières premières des énergies renouvelables sont d'abord réparties à travers la nature, ce qui signifie qu'il faut les concentrer artificiellement pour qu'elles soient utilisables.
  • Ensuite, leur utilisation dépend de leur disponibilité, qui est discontinue. Toutes les régions du monde ne jouissent pas du même ensoleillement ou de vents réguliers.
  • Enfin, l'utilisation moderne de l'énergie nécessite qu'elle soit stockée, et transportée - ce qui est beaucoup plus simple avec des ressources fossiles qu'avec la plupart des ressources renouvelables.

LE MARCHE DES ENERGIES RENOUVELABLES

Malgré ces difficultés, les énergies renouvelables pénètrent de plus en plus le marché, et cela dans tous les secteurs économiques (industrie, agriculture, aménagement du territoire, habitat, transports, etc.). A cela, il y a plusieurs raisons:

  • elles présentent une grande diversité, ce qui les rend souples et attractives;
  • elles peuvent nécessiter peu de moyens pour être adaptées localement à des besoins basiques, notamment dans des régions relativement dénuées d'infrastructures;
  • même si c'est de façon intermittente, toutes les régions du monde disposent de quelques sources d'énergies renouvelables. Leur accès est donc ouvert à tous les pays;
  • elles mobilisent des moyens importants en recherche et développement;
  • enfin, elles répondent à des préoccupations écologiques de plus en plus partagées.

POUR UN USAGE RATIONNEL ET MAITRISE DES ENERGIES RENOUVELABLES

Parler d'énergies renouvelables ne doit pas faire oublier que celles-ci ne sont pas nécessairement renouvelées: c'est toujours une question de quantité et de rythme. Si l'on consomme de l'eau en trop grande quantité et dans un temps trop court, on est obligé de prélever de l'eau des nappes phréatiques, qui risquent de se tarir. De même, si le bois constitue bien une énergie renouvelable, c'est seulement dans la mesure où l'on plante au moins autant d'arbres qu'on en abat - ce qui est le cas en Europe et en Asie, où les forêts grossissent, mais pas en Amazonie ou dans le bassin du Congo. 

Il est primordial de développer tous ces différents types d'énergies, afin de réduire l'utilisation massive et irraisonnée des énergies fossiles, dont le coût environnemental est devenu beaucoup trop lourd. Il faut d'autant plus accélérer ce développement, que celui-ci ne peut s'effectuer que sur plusieurs générations. La part de la production hydraulique d'électricité dans le monde est d'environ 5% des besoins totaux d'énergie primaire (0,5 Mtep sur les 10 Mtep totaux), alors même que ce type d'énergie a fait l'objet d'investissements massifs depuis un siècle. 

C'est en cumulant le développement des différentes énergies renouvelables qu'il sera possible de faire face aux défis de demain. Personne ne prétend que seule la filière éolienne, par exemple, permettrait de produire l'énergie dont on aura besoin. Mais crier à l'insuffisance de ce type d'énergie, est surtout une excellente manière de ne rien bouleverser, dans un contexte où nos repères traditionnels sont pourtant en train de changer. 

Pour aller plus loin, retrouvez d'autres définition du développement durable et de l'ISR


© Les Investissements

Vous avez aimé cet article