> Immobilier

Bon début d'année pour les taux de crédit immobilier

2014 commence comme a fini 2013 : les taux des prêts immobiliers se maintiennent à un niveau remarquablement bas. Au plan national, les taux moyens pratiqués s’échelonnent entre 2,98 % sur 10 ans et 3,95 % sur 25 ans. CAFPI, pour sa part, continue de faire mieux en négociant pour ses clients des taux inférieurs de 0,26 % en moyenne. Dans le détail, les taux les plus bas offerts par CAFPI sur 15 et 20 ans baissent encore en janvier, respectivement à 2,55 % et 2,82 %.

Alors, c’est le moment d’emprunter ?

 Souvent galvaudée, l’expression prend néanmoins tout son sens dans la période actuelle. Les conditions de crédit pourraient, en effet, se dégrader dans les mois à venir. Pour Philippe Taboret, Directeur général adjoint de CAFPI, cela ne fait aucun doute : « Le changement de politique monétaire aux Etats-Unis aura des répercussions sur les taux d’intérêt en Europe ». En décidant de réduire son soutien à l’économie américaine, la FED a tenu compte de la reprise, avérée, aux Etats-Unis. Certes, la FED assure ne pas envisager de remonter ses taux directeurs pour le moment, attendant pour cela que le chômage soit mieux résorbé. Mais une poussée inflationniste suffirait à lui faire changer d’avis et à remonter ses taux.

Alerte à moyen terme.

« Les marchés financiers anticipent déjà ce scénario. Ce faisant, ils poussent à une remontée des taux longs qui se traduira, en France, par une hausse de taux des obligations d’Etats à long terme, les OAT 10 ans. Mécaniquement, le crédit immobilier en subira le contrecoup et verra ses taux augmenter, eux aussi », conclut Philippe Taboret en se démarquant de l’opinion dominante qui voit les taux encore baisser. Or, les taux actuels des prêts immobiliers, historiquement bas, constituent l’un des principaux soutiens à un marché immobilier résidentiel mal en point. Tout renchérissement du crédit immobilier se traduirait par une baisse du pouvoir d’achat des acquéreurs.

Appel à une relance de l’immobilier.

Loin de vouloir faire du catastrophisme, CAFPI invite simplement à une prise de conscience collective. Il appelle l’Etat à engager d’urgence des mesures de relance de l’activité immobilière afin de prévenir des conséquences qu’aurait un renchérissement du coût du crédit. Un « coup de pouce » à la primo- accession à la propriété et à l’investissement locatif, par exemple, serait le bienvenu pour faire de 2014 « l’année de la reprise ».

Satisfecit pour 2013...

A l’heure du bilan, l’année 2013 s’avère avoir été satisfaisante pour le crédit immobilier et pas seulement en raison du volume important de rachats de crédit favorisé par la baisse des taux intervenue au cours de ces dernières années. Les candidats à l’accession à la propriété ont montré qu’ils pouvaient aussi répondre présents dès lors qu’ils sont accompagnés dans la recherche d’un prêt immobilier adapté à leur situation.

... et confiance pour 2014.

Confrontés à une offre bancaire souvent complexe et à une conjoncture difficile, les candidats à l’emprunt ont, plus que jamais, besoin d’être aidés et confortés pour mener à bien leurs projets immobiliers. C’est le rôle du courtier. Fort de sa capacité à trouver, pour chacun de ses clients, une solution de crédit personnalisée dans tous ses aspects (apport personnel, durée, souplesse des mensualités, taux, assurance emprunteur, etc.), CAFPI se montre confiant pour l’année à venir. 

Carol Galivel / Julien Michon

Vous avez aimé cet article